top of page
Rechercher

La passion de l'escalade


L'aventure verticale

Les plaisirs de l'escalade sont simples, ils sont purs. Se faire plaisir est à la portée de tous , dès les premières escalades. Très vite on est étonné de sa capacité à utiliser son corps et sa tête pour grimper.

L'escalade met en oeuvre non seulement la plupart des muscles mais aussi et surtout la réflexion et les ressources mentales. La capacité de lecture de la voie convoitée, l'analyse des positions et des gestes à adopter et le positionnement du corps sont tout à fait déterminants.

La force physique seule ne compte pas . Les garçons sont d'ailleurs parfois dépités de voir des filles passer en souplesse là où ils ont réussi à l'arraché.

Les gestes de l'escalade les plus efficaces sont le plus souvent des gestes doux et souples , des gestes pensés, calculés.

Cette capacité d'analyse, de synthèse des gestes, de lecture du rocher s'acquiert et témoigne

d'une capacité d'adaptation extraordinaire à travers laquelle nous réveillons petit à petit tout le répertoire des gestes des saisies et des placements acquis lors de la petite enfance.

La rencontre avec le rocher est toujours un moment inoubliable. Le corps se souvient longtemps de chaque geste effectué , de chaque instant de cette escalade à jamais unique. L'enchaînement des mouvements, , les hésitations et les reculs, les solutions trouvées s'inscrivent dans la mémoire du corps et plus tard , beaucoup plus tard , la simple évocation du lieu ramènera à la surface les courbes parcourues comme si c'était hier.

Puisse cette passion durer encore longtemps pour vous tous !

Serge POIZAT



en supplément ...


les mots de notre regretté Patrick 10 ans déjà ....


Les contraintes de la liberté...


...By Patrick Edlinger

Il ne faudrait surtout pas compter sur moi pour édicter une quelconque table de loi en ce qui concerne l’escalade. Pour moi, la chose est claire, elle l’est depuis toujours : il est interdit d’interdire et, l’escalade, c’est d’abord le terrain de la liberté. C’est échapper aux contraintes, c’est rencontrer son désir, exprimer sa force, sa souplesse, son intuition, c’est justement l’envers d’un monde régi par des lignes blanches, des garde-fous et le catalogue des interdits.

Et pourtant l’escalade, c’est aussi une technique, c’est de l’entraînement, une discipline et beaucoup de respect et de responsabilité. Seulement voilà quand on dit ça, il est aujourd’hui impossible d’en rester là. L’escalade est en quelque sorte victime de son succès. Victime parce que cet art de vivre est devenu très normalement, un sport, un loisir et que sur certaines falaises la fréquentation trop forte peut engendrer des problèmes. On les connaît tous : véhicules garés n’importe où, terrains piétinés, poubelles sauvages, et Cie…

J’ai appris à respecter la nature de façon intuitive, avec mes parents. On ne se posait guère de questions quant au respect qu’il convenait de manifester à son égard. C’était normal. C’est plus compliqué aujourd’hui parce que souvent, on va passer directement des salles d’escalade aux falaises, sans bien identifier que l’on passe d’un monde à un autre. Il faut redire des évidences : les falaises n’appartiennent pas qu’aux grimpeurs, on rencontre à leurs pieds des randonneurs, des chasseurs parfois, des cueilleurs de champignons… Et puis les falaises appartiennent souvent à des privés et les terrains sur lesquels on se gare pour y accéder sont aussi souvent des propriétés privées. Il existe un véritable risque que les sites soient interdits, deviennent payants ou se poubellisent. Ce risque, nous pouvons facilement l’écarter. Et ce n’est pas un arsenal de lois, de panneaux d’interdictions, ce n’est pas des « il faut, il ne faut pas », non, c’est juste du bon sens, du savoir-vivre, du savoir-être.

C’est en fait très simple, c’est exactement comme quand on grimpe en cordée, on respecte les techniques de sécurité parce qu’il y va de la vie de son pote et de sa propre vie. Tout ce qui de l’extérieur peut apparaître comme une contrainte est en fait la condition de la liberté. Aujourd’hui, face aux enjeux de l’environnement, les grimpeurs ne peuvent plus se contenter de paroles et de vœux pieux. Il faut un engagement de tous et tout le temps pour sauvegarder nos sites, être clean avec la nature, respecter ceux qui comme nous l’apprécient pour différentes raisons. L’escalade en milieu naturel n’a jamais été pour moi une succession de prises, une énumération de cotation. L’escalade c’est aussi la couleur du rocher, le bruit d’une rivière, des nuages, l’odeur des buis, le toucher de la pierre, c’est le sentier qui mène à la falaise, c’est les gens qu’on rencontre. Il faut se donner les moyens pour que l’escalade conserve sa liberté. Ces moyens, loin d’être des contraintes, sont une vraie chance pour nous. La chance de grimper dans des lieux harmonieux, la chance d’être considéré comme quelqu’un de responsable, la chance d’être fier de soi.

La Climbing Attitude c’est juste (et c’est déjà beaucoup) un mode d’emploi comme il en existe pour utiliser un descendeur. Rien de difficile, rien de contraignant, rien que le plaisir d’accomplir des gestes justes.

C’est ce que j’ai voulu raconter depuis toujours, depuis « La vie au bout des doigts », et c’est, j’en suis certain, ce que nous apprécions tous : la chance de disposer du plus beau terrain de jeu : la Nature.

Serge POIZAT 23 janvier 2023

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Sortie initiation falaise Avril 2024

La sortie initiation  d’avril s’est faite sur le site de Grisière à côté de Macon, une ancienne carrière un peu plus grande que celle de Curis avec des voies plutôt faciles. Tout le monde a profité de

Comments


bottom of page